La tendance « slowfood »



06/06/13 La tendance « slowfood »

Se pourrait-il que le fameux « fast food » devienne sérieusement concurrencé par le concept « slow food » ? Au rythme où cette tendance évolue, cela se pourrait bien.

L’approche slow food

Conçu par Carlo Petrini, un chroniqueur italien spécialisé dans la gastronomie et certains membres de la Société gastronomique Arcigola, en 1986, le concept « slow food » se veut une réaction à l’expansion du « fast food » en Italie. En passant par l’humour fin et l’intelligence, ils ont convaincu plusieurs intellectuels et artistes de se joindre à ce projet qui vise à favoriser les plaisirs de la table de qualité. Répartis en groupes locaux (1000) constituant chacun un condotte ou convivium, des activités régulières sont organisées autour de ce concept : dégustations, repas, visites d’artisans et de fermes, ateliers, conférences et autres.

carlo petrini, fondateur de l'association slow food

Carlo Petrini

Ses objectifs

Le mouvement Slow Food a aussi pour objectifs d’éveiller l’intérêt du public pour la nourriture préparée avec soin, de faire connaître l’origine des aliments, l’histoire de leur production, de permettre à des producteurs locaux de se faire découvrir afin que demeure vivant le patrimoine alimentaire des différents territoires du globe. Selon eux, une connaissance plus avertie de la biodiversité alimentaire et le sens du partage pourraient constituer la solution au problème de la famine. Pour atteindre ces buts, il faudra ralentir le rythme, prendre le temps de mieux choisir les aliments que l’on consomme, utiliser plus souvent des produits locaux et artisanaux, en réaction au productivisme hyperactif du commerce à grande échelle.

Son développement

En 1989, le mouvement Slow Food gagne ses lettres de noblesse et devient international, tout en étant une organisation à but non lucratif. Un manifeste est lancé à l’Opéra comique de Paris, sous le titre « Manifeste Slow Food pour le goût et la biodiversité ». Aujourd’hui, le mouvement a rallié 82,000 membres dans plus de 50 pays du monde. En Italie seulement, 35,000 membres demeurent actifs. Le siège social du mouvement se trouve d’ailleurs dans la ville italienne de Bra. Son logo est l’escargot, symbole de la lenteur, il évoque également la modération, la prudence et une certaine sagesse.

escargots persilles

Non pas ce type d’escargot ;)

Son action dans le monde

Slow Food a ouvert l’Université des Sciences de la gastronomie à Bra, en Italie (2003), a publié différents ouvrages gastronomiques dont le magazine Slow et tient annuellement un Salon international du Goût à Turin. De plus, le mouvement a mis sur pied la Fondation Slow Food pour la Biodiversité, puis l’Arche du goût qui vise à protéger la faune et la flore; depuis 2000, il décerne les prix Slow Food pour la sauvegarde de la biodiversité et s’implique activement dans des causes telles que l’aide alimentaire aux enfants de Bosnie, le recouvrement des terres agricoles du Nicaragua, la reconstruction d’une fromagerie détruite à la suite d’un séisme en Italie et bien d’autres actions humanitaires.

About Emilie L

Passionnée de boustifaille, j'ai décidé de lancer ce petit magazine afin de partager mes astuces, trouvailles et autres conseils, qui j'espère vous seront utiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *