Les saveurs de Julie – Fleur de Menthe



04/09/13 Les saveurs de Julie – Fleur de Menthe

Julie, fraîche fleur de menthe, blogueuse depuis 2008, aime écrire. On le voit à travers son blog www.fleurdementhe.com, où elle y partage ses mots, ses sentiments, ses impressions. Un mélange d’intimité et de poésie. Aujourd’hui Julie est l’invitée d’honneur de Sofoodmag. De sa plume, elle nous parle de saveurs d’antan et inoubliables.

 

Il suffit que je promène dans le jardin pour sentir mes sens bouleversés, bousculés par mille et une saveurs, mille et une odeurs. Mes coups de cœur jardiniers sont nés lorsque j’étais enfant, pour trois produits particuliers. Curieusement, même encore vingt ans après, j’apprécie le plus  ces produits au naturel, frais, sans épices ni mélanges, ce qui ne m’empêche pas de toujours aimer cuisiner

D’abord, le premier sens en éveil est l’odorat. Une plante me pousse à la limite de l’hystérie nasale : la sauge. Il m’arrive souvent d’en arracher des feuilles pour les porter à mon nez, et les sentir aussi violemment que le ferait un accroc de substances illicites. Des feuilles garnissent les pages de mon agenda, parsèment le fond de mes tiroirs de cuisine, s’exposent dans un pot pourri sur le coin du bar. La sauge m’entoure partout, et m’extasie tant que j’adore cuisiner des plats mijotés dans lesquels, on laisse fondre et parfumer ces bouquets garnis conservés après la cueillette du jardin.


Photo credit: Karpati Gabor from morguefile.com

Ensuite, le goût sucré. De ce côté, sans aucune comparaison possible avec d’autres fruits, le cassis dérègle tous les contrôles de mon appétit. Petite, les plants me dépassaient, et j’adorais me perdre dans la cueillette qui s’offrait à moi partout où je regardais. Maintenant, il faut que je me baisse pour les cueillir, mais peu importe. J’ai la chance d’avoir un proche qui en cultive et me laisse piocher dedans à ma guise. Si les plants ne se situaient pas aussi loin de la maison, il est clair que je devrais me faire violence pour arracher mes mains de ces grappes de fruits juteux.

Enfin, le goût salé. Avez-vous déjà eu l’occasion de vous promener dans un potager immense. C’est plus fort que moi, chaque fois, une seule chose m’intéresse : les carottes. Enfant, je choisissais la plus grosse possible, avec l’aval du jardinier en chef, et je courais ensuite à la cuisine pour la rincer et la croquer à pleines dents… Aujourd’hui, je n’ose plus les arracher à la terre, bien que je me laisse parfois le loisir d’en manger crues. Mais la magie n’est plus là…

About Emilie L

Passionnée de boustifaille, j'ai décidé de lancer ce petit magazine afin de partager mes astuces, trouvailles et autres conseils, qui j'espère vous seront utiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *