Apprendre à déchiffrer l’étiquette d’un vin



11/09/13 Apprendre à déchiffrer l’étiquette d’un vin

Rappelez-vous ce jour où vous cherchiez un blanc élégant pour accompagner vos écrevisses suédoises, plat symbolique de la fin de l’été. Vous étiez pressé et vous aviez craqué sur une belle étiquette, fait confiance à un nom, peut-être même celui d’une célébrité… Vous l’avez décanté et au moment de la dégustation, vous et vos convives avez déchanté. Pourtant, avec un œil plus affuté, vous auriez pu lire entre les lignes et être sûr de votre choix.

Le bon équilibre entre marketing et information

Les mentions figurant sur l’étiquette répondent à plusieurs objectifs : offrir des critères de choix au consommateur, lui fournir une information loyale favorisant une concurrence équitable, protéger la santé et permettre la traçabilité du produit. Elles répondent à des normes et respectent des réglementations qui peuvent différer selon les pays, même si une harmonisation européenne est en marche.

L’étiquette est aussi le principal outil de communication et de positionnement de la marque ou du Château, sur un marché qui est international et hautement compétitif. Or, en matière de packaging, même s’il en faut pour tous les goûts et toutes les cultures, la sobriété et l’élégance restent des valeurs sûres.

Zoom sur le bas de l’étiquette

C’est là que figurent habituellement toutes les mentions obligatoires (1), à savoir :

  • Le nom de l’AOC, compris entre les mots  « appellation » et « contrôlée ». Notez que certains vins porteront la mention VDQS (vin délimité de qualité supérieure), vin de pays  ou vin de table.
  • La contenance de la bouteille, la teneur en alcool (la teneur en sucre n’est obligatoire que pour les vins mousseux) assortie d’un message sanitaire « femme enceinte ».
  • Le nom ou la raison sociale du vigneron, la commune de l’embouteilleur, l’état membre (Europe).
  • Le numéro d’identification du lot et le pays d’origine (qui peuvent aussi figurer sur le côté de l’étiquette).

Des mentions facultatives mais incitatives

Dans la partie haute et centrale de l’étiquette, vous trouverez :

  • La mention « mise en bouteille au Château » ou « à la propriété » : elle indique que la société a aussi cultivé la vigne et assuré la fabrication du vin.
  • Le nom de l’exploitation viticole et/ou sa marque commerciale. Sachez que les termes de Château, Clos ou Cru sont réservés uniquement aux Appellations d’Origine.
  • Le nom du cépage est interdit dans le cas des AOC. Toutefois, pour l’Alsace, la Savoie, le Jura et la Touraine, il fait partie intégrante de l’Appellation d’Origine.
  • La représentation graphique du Château, de son terroir et/ou son logo qui occupent souvent le plus grand champ visuel de l’étiquette.
  • Le millésime (année de récolte) qui exige qu’au moins 85 % des raisins utilisés soient récoltés pendant l’année indiquée.
  • Les notions « crus classés », « crus bourgeois ». Notez qu’à Bordeaux, la mention Grand Cru est attachée à la propriété, alors qu’en Bourgogne et en Alsace, elle fait référence au terroir.
  • Les médailles obtenues aux divers concours (souvent collées en vignette ajoutée).

La contre-étiquette, l’histoire en plus

Placée au dos de la bouteille, elle donne des informations sur la qualité du vin, ses cépages,  la température de service recommandée et l’association avec des mets. Certains vignerons y racontent un petit bout d’histoire, décrivent leur terre et vous invitent à visiter leur site internet pour en savoir plus.

Si vous succombez à la mode Bio

Un texte européen du 08.02.2012 encadre désormais certaines pratiques et procédés œnologiques dans la production de vin biologique. Il a instauré notamment une limite de la teneur en sulfites inférieure de 30 à 50 mg par litre. Les vins produits conformément à ces dispositions et au règlement sur l’agriculture biologique peuvent prétendre à la certification (2)  « vin biologique » et la mentionner sur l’étiquetage.

Petit conseil : Exercez-vous !

Tapez « étiquettes de vins » dans Google Images… vous verrez, c’est édifiant de créativité. Visitez aussi le site d’un collectionneur passionné d’oenographilie : www.vinetiquettes.com.

Vous êtes à la recherche d’un vin millésimé ou de grands noms ? Rendez-vous sur Vintageandco.com

(1) Voir note actualisée en Janvier 2013 et fiche pratique sur la réglementation de l’étiquetage des vins : http://www.economie.gouv.fr/files/directions_services/dgccrf/documentation/fiches_pratiques/fiches/etiquetageVin_janv2013.pdf

(2) Consultez la note d’Ecocert : http://www.ecocert.fr/sites/www.ecocert.fr/files/FDSVinif.pdf

About Emilie L

Ne fait pas parti de l’univers de la gastronomie, mais est néammoins passionnée par cet univers. Le but d’Emilie est de tout goûter et découvrir le maximum de saveurs. Sofood Mag lui permet de partager sa passion et ses découvertes pour en faire un magazine en ligne sur l’univers de la gastronomie, de la cuisine, de la bonne bouffe… Le but est d’inspirer, voire de partager quelques recettes de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *