Ne négligez pas la fin de repas, buvez un bon café !



La France, c’est le pays de la gastronomie. On aime s’en rappeler tous les jours, et spécialement lorsqu’on invite nos amis, notre famille à manger. Là, on met les petits plats dans les grands. Entrée soignée, plat avec viande cuite minute pour un meilleur effet, et dessert de pâtissier. Mais ce que retiendront vos convives, ce sera la touche finale. Et même si vous avez réussi notre recette de la tartelette au chocolat par Christophe Felder, il ne faudra pas se louper sur la toute fin de repas : le café !

Comment réussir un bon café ?

Qu’on l’aime léger à la cafetière filtre classique, ou plus puissant sous forme d’espresso, la réussite d’un café tient en deux points très important : le choix du café, et la façon dont on l’infuse / extrait.

Le choix du café pour une extraction lente

Si vous aimez le café filtre (extraction lente), voici quelques astuces :

Portez-vous plutôt sur un 100% Arabica. Evitez les supermarchés, préférez les torréfacteurs, ou les revendeurs spécialisés. Et demandez une mouture spéciale filtre. La mouture, c’est le nom donné au café moulu. Il faut qu’elle soit assez grossière. Si elle est trop fine, l’eau de votre machine à café aura du mal à percoler à travers, et le résultat en tasse ne sera pas terrible. Le café sera beaucoup trop fort, avec un fort goût de brûlé, signe d’une trop longue exposition de l’eau chaude dans la mouture.

Côté saveur, les cafés dit « moka » sont assez sympa. Surtout celui provenant d’Ethiopie, le Sidamo. C’est un 100% Arabica très doux et suave en tasse, avec des notes de Jasmin. Parfait pour le café en infusion lente.

Le choix du café pour l’espresso

Si vous êtes en revanche amateur d’expresso (ou espresso, à l’italienne !), il vous faudra une mouture plus fine. Car l’eau sous pression (15 bars pour une machine expresso standard) va passer en force à travers le café moulu pour en extraire un maximum d’arômes. Si la mouture est trop grossière, le café sera trop clair, et fade.

Côté variété, pour une fin de repas, l’idéal est d’avoir un café assez équilibré en Arabica et Robusta. Une proportion de café Arabica de 60% sera parfaite. Les 40% de café robusta restant vont donner une petite amertume et une puissance gustative qui sera parfaite pour éviter le phénomène de somnolence postprandiale !

Quelle est la meilleure machine pour le café ?

Il n’y a pas vraiment de « meilleure machine à café ». Tout dépend surtout ce que vous allez mettre dedans, et comment vous allez vous en servir. Pour plus de simplicité, une machine à capsule (pour l’espresso) ou une cafetière simple (pour le café filtre) fera l’affaire. Une machine expresso avec broyeur n’est pas mal non plus. Certaines sont même équipées d’une fonction « cappuccino one touch » pour réaliser en une simple pression de touche de délicieux cappuccinos. Une mention spéciale pour celles de la marque Jura, particulièrement haut-de-gamme et raffinées. Cela représente un budget, mais vite rentabilisé (coût d’un café issu d’une machine à café grain : 13 centimes en moyenne, contre 35 centimes pour une capsule Nespresso).

Mais on peut aussi s’attarder sur quelques phénomènes. Bien que l’espresso soit devenu une mode à part entière, avec George Clooney pour principal responsable, le « Slow Coffee », nom classe pour le café filtre, est revenu en force en remettant au goût du jour deux modèles de cafetière : la Chemex, cette petite cafetière manuel en verre avec un collier de bois, où il faut rajouter l’eau chaude manuellement à l’aide d’une bouilloire, et la traditionnelle cafetière à l’italienne « Moka » de Bialetti. Mais attention, l’utilisation de ces deux machines nécessite un minimum de savoir-faire !

Et pour les invités qui n’aiment pas le café ?

Il n’est nulle part écrit que vous deviez exclusivement servir du café en fin de repas. En plein hiver, un chocolat chaud sera tout autant apprécié, ou bien un thé, une infusion, … Et si vous êtes équipé d’une machine à capsules multi-boissons, comme les Dolce Gusto ou Tassimo par exemple, vous pourrez proposer tout une palette de boissons gourmandes !

A noter que pour le thé, nous recommandons, idéalement, l’utilisation de thé en vrac. A la fois plus économique et qualitatif, cela vous donne aussi l’occasion de sortir un vrai service à thé, pour un côté un peu plus cérémonial et convivial, plutôt que de plonger un sachet en papier dans un mug avec de l’eau chauffée au micro-ondes.

About Emilie L

Ne fait pas parti de l’univers de la gastronomie, mais est néammoins passionnée par cet univers. Le but d’Emilie est de tout goûter et découvrir le maximum de saveurs. Sofood Mag lui permet de partager sa passion et ses découvertes pour en faire un magazine en ligne sur l’univers de la gastronomie, de la cuisine, de la bonne bouffe… Le but est d’inspirer, voire de partager quelques recettes de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *